Moon

Ancré dans un paysage travaillé par la main des Hommes depuis des générations où dialoguent les lignes rigoureuses propre à la viticulture, avec les douces courbes des collines sous-vosgiennes, le chai viticole s’intercale entre les rangs de vigne. Il perpétue cette dualité fertile entre ligne et courbe. Il perpétue cette symbiose entre l’homme et la nature.

Le vin est l'expression liquide d'un lien culturel, collectif et spirituel. Un attachement entre ciel et terre dans lequel s'exerce le rythme saisonnier du monde des vivants (végétal, animal, bactérien, ...,) avec l'immuable sédentarisation des roches et des minéraux.

Le projet est à la croisée de tout cela, rajoutant à cet imbroglio l'imaginaire de la construction mégalithique des allées couvertes et des tumulus. À la fois terre à terre et insaisissable.

Au Néolithique, le tumulus est un élément à part entière de l'architecture funéraire mégalithique

Ouvert sur le levant et le couchant, les deux files d'épaisses tranches de grès posées en délit, sont levées, orthostatiques. La dimension de ces tranches est obtenue par sciages parallèles d'un gigantesque bloc extrait par la carrière. Les irrégularités et défauts de la pierre naturelle sont volontairement conservés, réduisant à néant les déchets et les rebuts. Ces deux murs parallèles apportent l'inertie nécessaire à l'exploitation du chai. Semi-enterré, l'objectif est une température constante, fluctuant de 12 à 14 degrés à 80% d'humidité relative tout au long de l'année.

Les différents programmes de l'exploitation (accueil, vinification, vieillissement, stockage...) sont divisés par des refends en structure bois ou en bloc de pierre massive selon le climat intérieur recherché.

La motte de terre sur la toiture vient compléter ce besoin en inertie. Elle est portée par un plancher à travées, composé d'un solivage apparent en bois massif avec poutre en contrecollé formant retombée. L'ensemble dessinant un plancher à la française.



A l’instar des vignerons qui pressent et élèvent leur vin en refusant tous intrants chimiques, le projet est volontairement débarrassé du superflu, faisant fi de toutes les couches techniques, composites et imperméables de l'architecture contemporaine pour concentrer les efforts et les richesses sur les 4 éléments de l'univers cosmologique.


La tranchée de 457 mètres de Double Negative par Michael Heizer en 1969-70.

M: hello@dratlerduthoit.com
T : +33 (0)3 67 98 18 25
4, Quai Saint-Thomas
67000 Strasbourg - France